CinEmotions
 
Nouveau! recherchez titre, artiste, personnage, produit, mot-clé, date, ...
48 688 films, séries...  711 797 artistes  988 453 produits  218 283 images

Cinéma,

Séries TV,

DVD,

Comédiens,

Techniciens...

Identifiants oubliés ?
Inscrivez-vous !
Drop Down Menu

Canal +  Sam. 06/09 à 23:10
Zob in the job
Canal +  Dim. 07/09 à 00:15
Les Délires de Célia

Le Vent se lève

The Wind That Shakes the Barley

2005 - Irlande/G.-B./Allemagne/Italie/Espagne - Drame/Guerre - 2h04
Fiche Le Vent se lève
 
CinEmotions
Moyenne : 13.5 (2 avis)
Membres
Moyenne : 15.24 (17 avis)
 
 
Sortie France
0

 
La Révolution Irlandaise : De la guerre d'indépendance à la guerre civile (1916 - 1921)
5382 lectures

Au plus fort de la Grande Guerre, pendant laquelle des milliers d’Irlandais combattent sous les ordres de chefs de file nationalistes mais modérés, l’Irish Republican Brotherhood (la Fraternité républicaine irlandaise), les Irish Volunteers (les Volontaires) et l’Irish Citizen Army (l’Armée civile irlandaise) tentent un soulèvement armé contre l’occupant britannique, à Dublin, le jour de Pâques 1916. Les Britanniques tardent à riposter mais mobilisent des forces écrasantes. Les insurgés doivent se soumettre après une semaine, mais leur révolte est un symbole qui résonne dans toute l’île.

La condamnation à mort des initiateurs (dont le socialiste James Connolly) et la répression militaire qui s’ensuit vont pousser la population d’un nationalisme modéré vers le mouvement séparatiste, d’abord incarné par les Irish Volunteers, puis par le parti renaissant Sinn Féin (c’est-à-dire «Nous-mêmes»).

Aux élections générales de décembre 1918, Sinn Féin obtient une large majorité à travers le pays, à l’exception du nord-est où les Unionistes (opposés à toute altération de l’union avec la Grande-Bretagne) gardent leur influence. Sinn Féin instaure un parlement irlandais sous le nom de Dáil Eireann (assemblée d’Irlande) basé à Dublin et annonce au monde l’indépendance Irlandaise. Mais aucune reconnaissance internationale ne répond à cette déclaration et le gouvernement britannique refuse de l’accepter. La Dáil Eireann est déclarée hors-la-loi, la République d’Irlande devient clandestine et les Irish Volunteers se transforment en Irish Republican Army (IRA).

Les volontaires qui s’engagent dans l’IRA sont principalement de jeunes hommes, entre 18 et 30 ans. Ils sont apprentis, vendeurs, fils de fermiers, ouvriers agricoles, cheminots ou employés d’usine. Certains ont combattu en 14-18, et leur expérience militaire est essentielle au succès de l’organisation. La plupart s’engagent par l’intermédiaire de parents, de voisins ou de connaissances.

C’est un véritable contre-pouvoir qui se met en place, avec sa propre justice et ses propres tribunaux. Les cheminots refusent de transporter le matériel militaire ou les troupes britanniques. Partout la force militaire et policière britannique - les Royal Irish Constabulary (RIC) - se trouve attaquée par l’IRA. C’est une lutte impitoyable et sauvage de part et d’autre. Deux polices spéciales sont envoyées en renfort par les Britanniques: l’une composée d’anciens officiers, les «auxiliaires», l’autre recrutée parmi des soldats démobilisés, les tristement célèbres Black and Tans (noir et fauve, à cause de leur uniforme).
Auxis et Black and Tans, soumis eux-mêmes à une perpétuelle menace de mort, se livrent à d’abominables représailles contre les populations soupçonnées de soutenir l’IRA.

Une suite d’arrestations et de rafles conduisent l’IRA à constituer de nouvelles unités de combat, mobiles et mieux entraînées, les Flying Columns (colonnes volantes) qui opèrent principalement par embuscades, dans la campagne. Les Britanniques ripostent en raflant, en incendiant et en pillant des habitations ou des villages entiers. C’est une spirale sans fin de violences et de représailles. La guerre se fait plus sale, chaque jour.

L’organisation des femmes, Cumann na mBan, joue un rôle décisif au sein du réseau de renseignement de l’IRA, une structure redoutablement efficace. Ce sont aussi souvent les femmes qui dispensent la justice dans les tribunaux de la Dáil Eireann.

La guerre civile éclate véritablement à la fin de l’été 1920. Elle est plus intense dans le sud, à Cork particulièrement. On atteint l’impasse pendant l’été 1921, et en juillet la trêve est déclarée. Le traité signé en décembre 1921 entre Britanniques et Irlandais, donne à l’Irlande du Sud, appelée Etat Libre, statut de «Dominion de la British Commonwealth of Nations». Loin de satisfaire les aspirations du Sinn Féin , ce traité consacre la division de l’Irlande, puisque six comtés unionistes de l’Ulster restent dans le Royaume-Uni, désormais appelé «de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord». Les Britanniques gardent le contrôle des principaux ports irlandais. Les élus du nouveau parlement de l’Etat Irlandais libre (Irish Free State) doivent jurer fidélité à la couronne britannique, qui demeure représentée par un gouverneur général.

Ce traité provoque une violente scission au sein du mouvement révolutionnaire. Les protraité, partisans de l’Etat libre membre du British Commonwealth, estiment que cet accord est le meilleur qui puisse être trouvé à ce stade avancé du conflit, et la seule alternative à l’ultimatum des britanniques : «une guerre immédiate et terrible». Ils prennent donc le pouvoir, avec le soutien des Britanniques mais aussi l’ «Establishment irlandais». Les républicains anti-traité entrent en résistance et c’est alors que commence une atroce guerre civile. Cette nouvelle bataille voit s’opposer cruellement d’anciens camarades. Elle divise les familles. Alors même que les républicains anti-traité sont, à l’origine, supérieurs en nombre, l’armée de l’Etat Libre les défait, en moins d’un an.

Le commandant britannique Bernard Montgomery (devenu plus tard, le célèbre maréchal), alors affecté à Cork, plaide en 1923 pour qu’une forme d’indépendance soit accordée aux Irlandais afin «qu’ils maîtrisent ainsi eux-mêmes leur rébellion qu’ils sont les seuls à pouvoir véritablement éradiquer.» Ce fut effectivement le cas.


Article extrait des éléments presse
Autres articles :
  Introduction
C’est au XIIe siècle que l’Irlande est envahie pour la première fois par les Anglais. A l’époque le pays est composé de domaines féodaux gouvernés par les barons locaux. Au fil des siècles, les propriétaires anglais s’enrichissent aux dépens du peuple irlandais. Suite...
  Proclamation de la République d’Irlande, 1916.
«Nous déclarons le droit du peuple d’Irlande à la pleine jouissance de la terre d’Irlande, et à la maîtrise sans retenue de sa destinée. (…) À chaque génération, le peuple irlandais a revendiqué son droit à la liberté et à la souveraineté. À six reprises au cours des trois cent dernières années il a pris les armes pour les retrouver.» Suite...


© 2004 - 2014 CinEmotions.com (2) CinEmotions.com est une réalisation de la société Intermédiance Solutions
pub
pub