CinEmotions
Cinéma, Séries TV, DVD & VOD
51 901 films, séries...  763 493 personnalités
Identifiants oubliés ?
Inscrivez-vous !
rechercher
Interviews
Le Doux pays de mon enfance
Entretien avec Daniel Russo, interprète du téléfilm Le Doux pays de mon enfance (lundi 29 mai à 20.50 sur France 2)
7711 lectures

Propos recueillis par Christophe Kechroud-Gibassier pour France 2

“L’homme, écrivait Alexandre Vialatte, n’est que poussière ; c’est dire l’importance du plumeau.” Cette poussière, Daniel Russo la ramasse, en fait des petits tas et souffl e dessus : il reste des braises. Et voilà qu’il en sort un bras, une jambe… Il y avait l’homme de Cro-Magnon, l’homme des neiges, le pharmacien de Chaval, l’Auvergnat de Vialatte, il faut désormais compter avec l’homme de Russo. C’est l’homme à double fond, à perte de vue, en abîme : une fenêtre ouvre sur une autre fenêtre. Ordure gestapiste dans 93, rue Lauriston, résistant modeste dans Le Temps de la désobéissance, brave pourri dans A cran, fabulateur passionné dans Le doux pays de mon enfance l’homme de Russo, déborde de l’homme. Il est ordinaire, il est inédit. Charmeur et inquiet, ouvert et impénétrable. On n’en a jamais fait le tour.

Comment vous êtes-vous retrouvé embarqué dans ce Doux pays de mon enfance ?
De manière très classique. J’ai été contacté par Jacques Renard, avec qui je n’avais jamais travaillé ; il m’a envoyé le scénario. En général, je lis la nuit. On n’est pas dérangé. Pas de téléphone qui sonne. Je suis seul, dans ma bulle, et je lis tout, de la première à la dernière ligne, je veux dire en faisant abstraction du rôle qu’on me propose, et alors ou bien je suis embarqué dans l’histoire ou bien je ne le suis pas. Là, j’étais bouleversé. J’ai pensé : il y a un magnifi que boulot à faire avec ce rôle, il ne faut pas le louper. Pourvu que le réalisateur soit disponible, accessible, ouvert... Parce que, moi, j’ai besoin d’échanges, de dialogues pour construire mon personnage…

Et alors ?
J’ai été comblé : avec Jacques, nous avons pris le temps de faire un très beau travail en amont, “à la table”, comme on dit. C’est tout ce que j’aime : on lit, on décortique, on discute…, de sorte que, une fois sur le tournage, on n’a plus qu’à approfondir, à affi ner, on sait pourquoi on est là, on ne perd pas de temps à déblayer le terrain. On peut me dire : “séquence n° 28”, je sais exactement de quoi il s’agit et quelle est la “température” de mon personnage à ce moment, j’ai tout son trajet en tête. Pour moi, le travail sur le scénario est absolument capital. Les mots, si je ne les ai pas, je ne peux pas me défendre. Certains réalisateurs vous disent “Ne t’inquiète pas, on verra plus tard, au tournage”, je n’y crois pas du tout. Si les choses ne sont pas écrites, elles ne seront pas à l’écran.

Le scénario du Doux pays de mon enfance est basé sur une histoire vraie. Pendant ce travail de préparation, avez-vous cherché à en savoir plus sur celui qui a inspiré Roger Joly ?
Non. Savoir que cette histoire avait existé était déjà assez émouvant. D’autant que, dans la réalité, l’homme qui a inspiré Roger Joly n’a pas raté son suicide, lui… Je ne voulais pas me sentir limité en sachant trop de choses. Pour Le Temps de la désobéissance [réalisé par Patrick Volson pour France 2], où je jouais un héros de la Résistance bien réel, Édouard Vigne, j’ai lu quelques interviews où cet homme très simple expliquait qu’il n’avait rien fait d’extraordinaire, juste son devoir d’être humain, et qu’il était tout étonné qu’on puisse s’intéresser à lui. Je ne suis pas allé plus loin, ça me suffi sait : c’est sur cette modestie, ce côté ordinaire que j’ai construit mon interprétation. Pour Le doux pays…, j’ai aussi tenté d’utiliser une “clé” : interpréter un homme qui est persuadé de dire la vérité alors que tout ce qu’il dit est faux. Pourtant, Roger Joly n’est ni un fou ni un menteur, c’est un homme qui a inventé de toutes pièces sa vie par amour fou pour la France, un homme qui a fait un rêve et qui y croit dur comme fer. C’est pourquoi je ne voulais à aucun moment qu’on puisse le soupçonner de mensonge.

Au contraire, on a envie d’y croire avec lui…
C’est un peu comme pour un acteur. Jouer la comédie, ce n’est pas raconter des mensonges mais croire si fort à ce qu’on dit que les spectateurs ont envie de vous suivre.

Et quelle pourrait être, selon vous, la morale de cette histoire ?
Qu’il faut croire en la valeur des hommes. Et que cette valeur n’est pas affaire de vérité administrative. D’accord, Roger Joly a vécu 17 ans sous l’identité d’un autre. C’est un délit. Mais c’est aussi un homme d’une droiture et d’une honnêteté irréprochables, un mari attentionné, un père aimant, un ami sûr…, un homme habité du désir d’être français et dévoré d’une passion sincère pour l’histoire, la culture, la poésie françaises. Quand on pense à tous ceux qui ont les papiers qu’il faut sans avoir rien fait pour les mériter… Certains ont même le droit d’être des salauds.

Au fil des années, les rôles que vous interprétez sont de plus en plus complexes, de plus en plus dramatiques… Vous avez perdu votre étiquette d’acteur comique ?
C’est bien possible. Mes premiers succès ont été des comédies et c’est vrai qu’il est diffi cile, particulièrement en France, de sortir de ce registre. Je ne sais pas très bien ce qui s’est passé, c’est toujours mystérieux, les raisons pour lesquelles on pense ou non à vous pour un rôle. L’essence de ce métier, ce sont les rencontres. Une rencontre en entraîne une autre, un rôle en amène un autre, etc. Depuis quelques années, des réalisateurs – Bernard Stora, Alain Tasma, Denys Granier-Deferre, Patrick Volson… – m’ont fait confi ance en me proposant des choses inattendues, plus difficiles, plus “épaisses”. Quel bonheur de passer d’un rôle de salaud dans 93, rue Lauriston [réalisé par Denys Granier-Deferre pour Canal +] à celui d’un héros dans Le Temps de l’innocence, de jouer à la fois le côté pile et le côté face dans A cran [Alain Tasma pour France 2]. Ce sont des rôles qui font avancer.

Mais en plus de la qualité, il y a la quantité : cinéma, théâtre, télévision, vous n’arrêtez pas !
Mais c’est ce dont j’ai rêvé ! En ce moment, je tourne dans la journée et, le soir, je joue au théâtre dans Toc toc de Laurent Baffie. Je ne ressens pas la fatigue ! Le moment où j’ai été le plus fatigué dans ma vie, c’est quand je ne faisais rien. Ce sont des moments terribles pour un comédien. On tourne en rond, on se pose des questions, on attend. Jouer la comédie, c’est ma passion. Déjà, quand j’étais jeune et que je fréquentais les cours, je me trouvais le moins doué, alors je travaillais double !


Entretien avec Daniel Russo, interprète du téléfilm Le Doux pays de mon enfance (lundi 29 mai à 20.50 sur France 2)
Propos recueillis par Christophe Kechroud-Gibassier

   

Contenus vidéo recommandés sur le Cinéma

AILLEURS SUR LE WEB

Box-office Cinéma
du 30 Novembre au 6 Decembre
Vaiana, la légende du bout du monde
Il y a 3 000 ans, les plus grands marins du monde voyagèrent dans le vaste océan Pacifique, à la découverte des...
1
1 073 991 entrées cinéma,
1 073 991 cumulées
Les Animaux fantastiques
1926. Norbert Dragonneau rentre à peine d'un périple à travers le monde où il a répertorié un bestiaire extraordinaire...
2
510 390 entrées cinéma,
2 792 472 cumulées
Sully
L'histoire vraie du pilote d'US Airways qui sauva ses passagers en amerrissant sur l'Hudson en 2009. Le 15 janvier...
3
505 048 entrées cinéma,
505 048 cumulées
Alliés
Casablanca 1942. Au service du contre-espionnage allié, l'agent Max Vatan (Brad Pitt) rencontre la résistante française...
4
246 148 entrées cinéma,
709 778 cumulées
La Fille de Brest
Dans son hôpital de Brest, une pneumologue découvre un lien direct entre des morts suspectes et la prise d'un...
5
101 107 entrées cinéma,
268 221 cumulées
Bientôt au Cinéma
Rogue One: A Star Wars Story
Situé entre les épisodes III et IV de la saga Star Wars, ce spin-off racontera comment un commando rebelle se lance...
le 14 Décembre 2016 au Cinéma
Ballerina
Félicie est une jeune orpheline bretonne qui n'a qu'une passion : la danse. Avec son meilleur ami Victor qui aimerait...
le 14 Décembre 2016 au Cinéma
Personal Shopper
Maureen, une jeune américaine à Paris, s'occupe de la garde-robe d'une célébrité. C'est un travail qu'elle n'aime...
le 14 Décembre 2016 au Cinéma
Manchester by the Sea
Manchester by the Sea raconte l'histoire de la famille Chandler, famille de classe ouvrière du Massachusetts. Après la...
le 14 Décembre 2016 au Cinéma
Cigarettes et chocolat chaud
Denis Patar est un père aimant mais débordé qui se débat seul avec l'éducation de ses filles, Janine 13 ans et Mercredi...
le 14 Décembre 2016 au Cinéma
Assassin's Creed
Grâce à une technologie révolutionnaire qui révèle la mémoire génétique, Callum Lynch revit les aventures de son...
le 21 Décembre 2016 au Cinéma
Joyeux bordel !
A la tête de l'entreprise familiale, Carole (Jennifer Aniston) menace de fermer la branche dirigée par son frère fêtard...
le 21 Décembre 2016 au Cinéma
Le Coeur en braille
Marie est une adolescente passionnée de violoncelle et très douée à l'école. Victor est un garçon sympathique,...
le 28 Décembre 2016 au Cinéma
Passengers
Plongés dans un profond sommeil artificiel, Aurora (Jennifer Lawrence) et Jim (Chris Pratt) se sont embarqués pour un...
le 28 Décembre 2016 au Cinéma
American Pastoral
L'Amérique des années 60. Autrefois champion de sport de son lycée, Seymour Levov, dit « le Suédois », est devenu un...
le 28 Décembre 2016 au Cinéma
Your Name
Mitsuha, adolescente coincée dans une famille traditionnelle, rêve de quitter ses montagnes natales pour découvrir la...
le 28 Décembre 2016 au Cinéma
Quelques minutes après minuit
Conor (Lewis MacDougall) a de plus en plus de difficultés à faire face à la maladie de sa mère (Felicity Jones), à...
le 4 Janvier 2017 au Cinéma
Nocturnal Animals
Susan, galeriste à Los Angeles (Amy Adams) mène une vie bien rangée à la limite de la monotonie, délaissée par son...
le 4 Janvier 2017 au Cinéma
La Grande Muraille
THE GREAT WALL réalisé par Zhang Yimou, raconte l'ultime combat qu'une faction armée d'élite livre au nom de l'humanité...
le 11 Janvier 2017 au Cinéma
La La Land
Au cœur de Los Angeles, une actrice en devenir prénommée Mia sert des cafés entre deux auditions. De son côté,...
le 25 Janvier 2017 au Cinéma
Rings
Un nouveau chapitre de la franchise culte RING. Une jeune femme s'inquiète pour son petit ami lorsqu' il commence à...
le 1er Février 2017 au Cinéma
Moonlight
le 1er Février 2017 au Cinéma
LEGO Batman, Le Film
Les nouvelles aventures du chevalier noir de Gotham...en LEGO® ! Et cette fois-ci face au Joker.
le 8 Février 2017 au Cinéma

© 2004 - 2016 CinEmotions.com (1) - CinEmotions.com est une réalisation de la société Intermédiance Solutions