CinEmotions
Cinéma, Séries TV, DVD & VOD
52 699 films, séries...  735 343 personnalités
Identifiants oubliés ?
Inscrivez-vous !
rechercher
Dalida - retour à la page d'accueil
2016 - France/Italie - 2h04
 
CinEmotions
Pas encore noté
Membres
Moyenne : 13.5 (4 avis)
 
 
Sortie France
11
JAN
2017
 
Dalida Luc Roux Dalida Luc Roux Dalida Luc Roux Dalida Luc Roux
Dalida Luc Roux Dalida Luc Roux Dalida Luc Roux Dalida Luc Roux
Dalida : Notes de production

DALIDA - Biographie par Jacques Pessis

7 Janvier 2017 - 337 lectures
LES JEUNES ANNÉES

Qu’il était pauvre et abandonné ce village de Calabre, Serrastretta, d’où partirent les grands-parents de Dalida dans l’espoir du rêve oriental, d’une vie meilleure.

17 JANVIER 1933...

Naissance de Iolanda, fille de Pietro et Giuseppina Gigliotti. Pietro est premier violon à l’opéra du Caire, sa femme Giuseppina reste à la maison. Ils ont déjà un fils de 3 ans, Orlando. Le cadet, Bruno (connu plus tard sous le nom de Orlando), naît quelques années après. La famille Gigliotti, aux racines calabraises, vit au Caire dans un modeste appartement dans le quartier populaire de Choubra.

Très jeune, elle doit subir deux opérations aux yeux à la suite d’une maladie mal soignée, l’obligeant à porter des lunettes durant son enfance et son adolescence.

1939, la guerre éclate, l’Égypte est alliée aux Anglais contre Hitler. Tous les Italiens vivant en Égypte sont arrêtés. Le père de Iolanda passe ainsi quatre années interné au camp de Fayed, en plein désert. Il revient physiquement et moralement épuisé. Malade, il disparaît en 1945.


MISS ONDINE ET MISS ÉGYPTE

Pour aider financièrement sa mère, Iolanda travaille comme secrétaire-dactylo dans une entreprise d’import-export de produits pharmaceutiques. Elle rêve, depuis toujours, de se faire un nom dans le monde du spectacle et tout particulièrement d’être actrice. Ses idoles s’appellent alors Ava Gardner et Rita Hayworth.

À 16 ans, elle jette par la fenêtre ses lunettes qui l’ont tant fait souffrir et, pour se prouver à elle-même qu’elle est devenue très belle, elle se présente en 1952 à l’élection de Miss Ondine. Elle gagne le concours et se retrouve, le lendemain, en photo dans tous les quotidiens locaux, au grand désespoir de sa mère qui n’était pas au courant que sa fille avait participé à un concours de beauté.

À 16 ans, elle jette par la fenêtre ses lunettes qui l’ont tant fait souffrir et, pour se prouver à elle-même qu’elle est devenue très belle, elle se présente en 1952 à l’élection de Miss Ondine. Elle gagne le concours et se retrouve, le lendemain, en photo dans tous les quotidiens locaux, au grand désespoir de sa mère qui n’était pas au courant que sa fille avait participé à un concours de beauté.

20 NOVEMBRE 1954

Dans LE MASQUE DE TOUTANKHAMON qui sort aujourd’hui en Égypte, Iolanda joue le rôle d’une danseuse espionne. Iolanda a auparavant interprété une vamp faussement hollywoodienne dans UN VERRE, UNE CIGARETTE de Niazi Mostafa, paru en septembre 1954. Parce qu’elle ressemble à Hedy Lamarr, l’héroïne de SAMSON ET DALILA de Cecil B. De Mille, le réalisateur lui suggère alors de prendre le pseudonyme de Dalila.

25 DÉCEMBRE 1954

Iolanda, dite « Dalila », débarquée au Bourget à bord d’un Constellation a passé sa première nuit à Paris. Marc de Gastyne, séduit par son charisme à l’écran, lui a conseillé de tenter sa chance en France. Avec sa femme Shira, ils lui proposent de l’héberger quelque temps dans leur modeste appartement près des Champs-Élysées. De Gastyne lui a trouvé un imprésario, un vieil ami à la retraite, le colonel Vidal, qui veut se reconvertir dans le spectacle. Enthousiaste, il offre à Dalila le voyage du Caire à Paris. Très vite, il s’avère que le colonel ne connaît pas grand-chose à ce métier.

Un mois après son arrivée, la jeune femme s’installe dans une chambre de bonne, 67, rue de Ponthieu, à côté des Champs-Élysées, puis, le 9 mai 1955, emménage rue Jean Mermoz, avec pour voisin un certain Alain Delon.

Entre deux rendez-vous avec des directeurs de casting, elle écrit à sa mère, affirmant qu’elle est très heureuse « près de la plus belle avenue du monde dans un quartier rempli de vitrines ». En fait, elle est très inquiète, car elle ne parvient pas à décrocher le moindre rôle. Elle ne se décourage pas pour autant. Pour subsister, elle décide de tenter sa chance dans la chanson. Au Caire, on lui a mille fois affirmé qu’elle avait une très jolie voix. Elle prend ainsi des cours avec Roland Berger, un professeur qui lui apprend à placer sa voix.

SEPTEMBRE 1955

Grâce à l’intervention de son agent le colonel Vidal, Dalila est engagée au Drap d’Or, un cabaret des Champs-Élysées. Quelques semaines seulement après, elle accepte la proposition de chanter aussi, à quelques centaines de mètres de là, à La Villa d’Este, un cabaret très renommé près des Champs-Élysées. Elle devient le « lever de rideau » d’un spectacle dont les têtes d’affiche sont Juliette Gréco, ex-muse de Saint-Germain-des-Prés, et Charles Aznavour.

Un soir, l’un des habitués, l’auteur dramatique Alfred Machard, lui conseille de modifier son patronyme et de remplacer le dernier « l » par un « d » comme Dieu le père. Dalila devient Dalida. C’est un véritable succès chaque soir. Elle restera à l’affiche pendant un an.

9 AVRIL 1956

Tous les lundis soirs à l’Olympia, a lieu une émission : Les numéros un de demain. Elle est organisée par Bruno Coquatrix, maître des lieux, et Lucien Morisse, directeur artistique d’Europe n°1. Tous deux cherchent de nouveaux talents pour rajeunir le paysage de la chanson française.

Quelques minutes avant de pénétrer dans le temple du boulevard des Capucines, Eddie Barclay, le « roi du microsillon », et Lucien Morisse hésitent entre cinéma et music-hall. Confortablement installés au bar Romain, rue Caumartin, ils n’arrivent pas à se décider. Eddie penche pour le cinéma, Lucien pour l’Olympia.
Ils jouent leur choix au 421. Les dés finalement tranchent en faveur de Lucien et, du même coup, de Dalida. Dix-septième concurrente sur vingt, Dalida chantera à l’Olympia, drapée à la romaine dans une robe blanche. Elle interprétera d’une voix encore incertaine, le succès du moment de Gloria Lasso, Étranger au paradis. Lucien Morisse a le coup de foudre pour la femme, Eddie Barclay pour l’artiste et Bruno Coquatrix voit, en elle, le premier sex-symbol du music-hall.

28 OCTOBRE 1956

Lucien Morisse ne perd pas de temps. Il croit en Dalida, et veut trouver la chanson qui fera de sa protégée, une star. Un troisième 45 tours sort deux mois, jour pour jour, après le tout premier. Le titre 1 de la face A est une adaptation de Guaglione, des couplets créés par Marino Marini, un orchestre alors célèbre en Italie. Rebaptisés Bambino, ils vont bouleverser la vie de Dalida et le quotidien des Français.


LA BAMBINITE

« La France s’est mise à bambiner »… « Notre pays souffre d’une bambinite aiguë »… C’est en ces termes qu’éditorialistes et humoristes accueillent et reconnaissent le succès d’une chanson, « matraquée » plusieurs fois par jour sur Europe n°1. En moins de trois semaines, le 45 tours se vend à trois cent mille exemplaires. Il est aujourd’hui considéré comme un classique dont la diffusion totale est estimée à quarante millions de disques.
LE 17 SEPTEMBRE 1957, Dalida devient la première femme à recevoir un « disque d’or », mais aussi à créer un fan club où l’on répond, chaque semaine, à plusieurs milliers de lettres. La sensualité de l’interprète séduit les garçons, et les adolescentes veulent lui ressembler. Les critiques saluent « la Bardot de la chanson », à l’heure où BB triomphe à l’écran, avec ET DIEU CRÉA LA FEMME.

27 FÉVRIER 1957

Dalida chante pour la première fois à l’Olympia. Elle apparaît en « supplément de programme » du spectacle de Charles Aznavour, c’est-à-dire en ouverture. En vieux routier du music-hall, Bruno Coquatrix sait qu’il est impossible de passer du jour au lendemain, du statut d’espoir du disque à celui de star. Si l’on va trop vite, la chute peut se révéler aussi brutale que l’ascension. Suivant un plan mûrement réfléchi, il fait signer, à la jeune artiste, des contrats s’étalant sur plus d’une année. Après l’Olympia, qui se termine le 19 mars, il l’envoie à Bobino, du 19 avril au 1er mai. Elle assure la fin de la première partie. Après une série de concerts partout en France, le 9 octobre 1958, à Bobino, elle se trouve pour la première fois en haut de l’affiche. Les quinze chansons qu’elle interprète figurent depuis deux ans en bonne place dans le classement des meilleures ventes de disques. La partie était gagnée d’avance. Un triomphe avant beaucoup d’autres…

18 AVRIL 1961

À la mairie du 16e arrondissement, Dalida régularise cinq années d’amour en épousant son pygmalion, Lucien Morisse. Le bonheur est au rendez-vous. Hélas, la roue de la vie tourne parfois encore plus vite qu’un manège. Un mois plus tard, invitée au Festival de Cannes, Dalida croise, dans une discothèque, le regard d’un jeune et très beau peintre d’origine polonaise, Jean Sobieski. C’est le coup de foudre ! Elle tombe immédiatement sous le charme. Leur amour est vite découvert par les paparazzis, le scandale éclate à la une de tous les journaux. Lucien Morisse, blessé, décide de se venger en boycottant ses chansons à la radio. Le divorce est inévitable. Dalida quitte le domicile conjugal de la rue d’Ankara, laissant le duplex à Lucien Morisse, et part s’installer avec Jean Sobieski dans un appartement loué à Neuilly. Par la suite, l’amitié entre les ex-époux se révélera un attachement indéfectible, beaucoup plus fort que l’amour.

6 DÉCEMBRE 1961

Un soir de première à l’Olympia pour Dalida, Richard Anthony assure la première partie. Avant le lever de rideau, elle découvre dans sa loge une couronne de fleurs mortuaire, avec, en guise d’inscription : « À la chanson défunte, vive Édith Piaf ! » Le choc est rude. Dalida n’en laisse rien paraître. Elle se donne, en scène, comme jamais. À la quatrième chanson, Je me sens vivre, la salle est debout.
L’ovation qu’elle reçoit en retour inflige un démenti cinglant à ce qui, de toute évidence, n’est rien d’autre qu’une cabale. La récompense suprême vient de Piaf qui, en la félicitant, ajoute en souriant : « Après moi, ce sera vous. » Un mois plus tard, à l’issue de triomphes quotidiens, les journalistes reconnaissent le talent, le travail et la ténacité de celle qu’ils présentent désormais comme « une grande dame de la chanson ».

16 MAI 1962

En se promenant sur la Butte Montmartre, main dans la main avec Jean Sobieski, Dalida repère, rue d’Orchampt, une maison de six étages, avec une tour et un petit jardin d’où l’on aperçoit le Moulin de la Galette. Elle est à vendre. Dalida casse sa tirelire et fait un emprunt. Elle envisagera parfois de s’en séparer, mais ne la quittera jamais, jusqu’à son dernier jour.

ÉTÉ 1966

Dalida et Luigi Tenco se croisent durant l’été, sur un plateau de télévision à Rome. Elle interprète Bang Bang, son grand succès du moment. Ils échangent à peine un regard. Ce n’est qu’en septembre de la même année que Dalida fait la connaissance de ce jeune auteur-compositeur italien que lui présentent les patrons de sa maison de disques transalpine. Beau, jeune, la voix rauque, l’air sombre, la peau mate, les yeux noirs, Luigi séduit immédiatement Dalida, et réciproquement. À l’issue du dîner qu’elle organise dans son hôtel particulier de Montmartre, elle accepte de parrainer le jeune homme lors du prochain Festival de San Remo et de chanter la chanson qu’il a composée, Ciao, amore ciao. Dès lors, Dalida et Luigi ne se quittent plus. Ils vont vivre un amour passionnel et secret. Un amour, que la disparition brutale de Luigi élèvera, au rang de légende.


LUIGI TENCO, SON AMOUR

LE 26 FÉVRIER 1967, la France stupéfaite apprend que Dalida a voulu mettre fin à ses jours. Elle a loué une chambre d’un palace parisien, Le Prince de Galles, puis avalé un tube de somnifères. La femme de chambre l’a découverte vingt-quatre heures après, juste à temps. À l’hôpital, elle va passer cinq jours dans le coma. Petit à petit, la vérité éclate. Elle a voulu rejoindre Luigi Tenco, celui qu’elle aimait. Il s’est tiré une balle dans la tête parce que la chanson qu’elle défendait avec lui, Ciao, amore ciao, a été éliminée au premier tour du Festival de San Remo. Le 7 février, elle est apparue au Palmarès des chansons de Guy Lux, comme si de rien n’était. Elle n’a rien montré d’une dépression qui l’a conduite à tenter de dire adieu à la vie. Le 8 juin, vêtue d’une longue robe blanche, elle fait sa rentrée à la télévision. Elle interprète Les grilles de ma maison, la gorge serrée, au bord des larmes.

5 OCTOBRE 1967

Vêtue d’une longue robe blanche, qui tranche avec les tenues de ses dix premières années de carrière, Dalida triomphe, une fois encore à l’Olympia. Michel Polnareff assure la première partie. Dans France Soir, Jacqueline Cartier écrit : « Dalida a tué mademoiselle Bambino. »
La nouvelle Dalida est née !


LA PARENTHÈSE DE L’INDE

LE 2 NOVEMBRE 1969, Dalida est « L’invitée du dimanche » à la télévision. Elle répond aux questions d’un écrivain, Arnaud Desjardins. Son livre, Les Chemins de la sagesse où il raconte son initiation à la spiritualité par un sage tibétain, Swâmi Prajnânpad, a passionné la chanteuse. Devant les caméras, elle semble plus à l’écoute du bouddhisme, évoqué par son interlocuteur que par les questions qu’il lui pose. Quelques semaines plus tard, elle décide de le suivre en Inde pour passer quelques jours dans un monastère. Elle songe même à abandonner son métier et consacrer son temps à la méditation. Sa rencontre avec Swâmi Prajnânpad la fait changer d’avis. Il parvient à la convaincre de reprendre le chemin de la vraie sagesse, celle qui mène aux scènes où son public la réclame.

1ER JUILLET 1970

La boucle est bouclée. Son jeune frère, Orlando, est désormais son producteur. Il crée la société International Show qui deviendra plus tard Productions Orlando, un label sous lequel sortiront les disques de sa soeur. Darla dirladada sera le premier succès d’une très longue série.

11 SEPTEMBRE 1970

Au retour d’une nuit dans un casino et à l’issue d’une dispute avec Agathe, sa femme, Lucien Morisse se tire une balle dans la tête. Dalida ? qui, depuis leur divorce, avait conservé, avec son ex-mari, des rapports d’affection très forts et une complicité qui ne s’était jamais démentie ? vit cette tragédie comme un nouveau drame personnel. Il est le deuxième « homme de sa vie » à choisir le suicide. Quelques années plus tard, Dalida avouera à quelques intimes le regret d’avoir quitté Lucien Morisse : « Quand on est jeune, on ne réalise pas, c’est l’homme avec qui j’aurais pu vieillir. »

24 NOVEMBRE 1971

Annoncée par des affiches de trente mètres de long et de quatre mètres de haut sur les Champs-Élysées, Dalida fait sa rentrée à l’Olympia, avec Mike Brant en première partie. Le public et les critiques plébiscitent un nouveau répertoire, dont elle a choisi les textes pour leur valeur poétique. On la surnomme « la reine du théâtre », « une Phèdre moderne ». Bruno Coquatrix ne dissimule pas sa surprise. Il ne croyait pas à ce changement de style. Il avait même refusé de produire le spectacle et s’était contenté de louer la salle à Orlando et à sa soeur. Beau joueur, il reconnaît son erreur et propose à « Dali » de revenir quand elle le veut, sans avoir à débourser le moindre centime…


RICHARD, COMTE DE SAINT-GERMAIN

C’EST PAR DES AMIS QUI DÎNAIENT LE SOIR DU 21 OCTOBRE 1972 CHEZ ELLE, que Dalida a rencontré Richard Chanfray qui se présente comme la réincarnation du Comte de Saint-Germain et affirme être capable de changer le plomb en or. Il ajoute être né voici un millier d’années. Coup de foudre, ils ne vont plus se quitter.

À ceux qui la mettent en garde contre celui qui va partager sa vie pendant neuf ans, avec des hauts et des bas, elle répond : « Je l’aime, il est disponible, il me fait rire, je ne suis plus toute seule. »

Richard est un écorché vif. Un soir, dans la maison de Montmartre, il blesse d’un coup de fusil un inconnu qu’il a pris pour un cambrioleur. Il s’agissait, en fait, de l’amant de l’employée de maison. Dalida met fin à sa détention provisoire en versant sa caution. Elle témoigne ensuite, en sa faveur, au cours d’un procès qui se termine par une condamnation à un an de prison avec sursis et une forte amende. Le couple bat alors de l’aile, même s’il n’en montre rien. Les deux amants se séparent en février 1981. Richard se suicidera le 20 juillet 1983. Il est le troisième « homme de sa vie » à mette fin à ses jours…

17 JANVIER 1973 – PAROLES, PAROLES

Orlando ramène Paroles, paroles d’Italie où il a passé ses vacances au mois de juillet, une chanson qu’il a entendue au générique d’une émission de télévision. Il la bloque tout de suite auprès de l’éditeur français pour Dalida. Elle écoute la chanson et appelle immédiatement son ami de toujours, Alain Delon. Il connaît la chanson, puisqu’il revient d’Italie où il a tourné LE PROFESSEUR. Il est ravi que Dalida ait pensé à lui. La chanson a été enregistrée en quelques heures. À leurs débuts, ils ont habité des chambres voisines près des Champs-Élysées. Ils ont vécu, au début des années soixante à Rome, une belle et discrète histoire d’amour… Paroles, paroles pulvérise les records de vente de 45 tours en France et dans le monde, tout particulièrement au Japon où Alain Delon est un dieu vivant. L’expression entre dans le langage courant et les politiques de tout bord l’emploient souvent pour évoquer ceux qui font des promesses et ne les tiennent jamais.

18 JANVIER 1974

Derrière les paroles de Il venait d’avoir 18 ans, une chanson signée Pascal Sevran, Pascal Auriat et Serge Lebrail, se cache une histoire d’amour authentique que Dalida n’avait, jusqu’alors, évoquée que devant son frère Orlando et sa cousine, secrétaire et confidente, Rosy. En décembre 1967, Dalida fait la connaissance d’un jeune Italien prénommé Lucio. Il lui rappelle par plusieurs aspects son amour disparu, Luigi Tenco, dont Lucio est un fervent admirateur. Cette amitié va très vite se transformer en une liaison amoureuse. Seul inconvénient Lucio est son cadet de douze ans. Elle tombe enceinte et décide de ne pas garder l’enfant, jugeant que le jeune homme n’était pas suffisamment mûr pour devenir père. Il ne le saura jamais. Par la suite elle le regrettera toute sa vie, surtout au moment où elle apprendra qu’elle ne peut plus être mère.

18 FÉVRIER 1974

L’album enregistré à l’Olympia un mois plus tôt contient la chanson la plus longue de l’histoire du music-hall. Gigi l’Amoroso dure 8 minutes ! Pour terminer son tour de chant, Dalida souhaitait une chanson qui lui offrirait à la fois la possibilité de chanter et jouer la comédie sur scène. Orlando fit appel à l’équipe fétiche de Dalida (Michaële, Lana et Paul Sebastian) pour travailler sur cette idée. Le public est en délire. Les critiques saluent la base d’une pièce de théâtre que Pagnol aurait pu écrire et que Vittorio de Sica aurait parfaitement pu mettre en scène au cinéma. Le titre devient un phénomène de société. Enregistré en six langues, il se retrouve en tête des ventes dans douze pays.


DALIDA DISCO

LE 12 JANVIER 1976, sort J’attendrai. Orlando a eu l’idée d’adapter au rythme d’aujourd’hui une chanson de Rina Ketty qu’il écoutait, enfant, au Caire, sur le poste de TSF familial. À Montréal, pendant la tournée au Québec, Dalida et Orlando découvrent, grâce aux médias, qu’ils viennent de créer le premier disco français. Ce nouveau rythme fait fureur dans toutes les discothèques à New York et a déjà commencé à envahir l’Allemagne.
Conforté par le triomphe exceptionnel que rencontre J’attendrai (numéro un aux hit-parades de janvier 1976) en France et dans toute l’Europe, Orlando trouve que le disco habille très bien sa soeur. Il réitère l’opération, le 20 mars 1978, en sortant Génération 78 où Dalida reprend en version disco ses succès d’hier, en duo avec Bruno Guillain. C’est le tube de l’été dans les discothèques. Un an plus tard, elle récidive. Laissezmoi danser (Monday Tuesday) sort le 15 juin 1979.
À la fin de l’été, la chanson est certifiée « disque de platine ». Ce succès la conduit à lancer le défi le plus fou de sa carrière : dix-huit shows géants, à Paris, au Palais des Sports. Elle est la première femme à se produire chaque soir devant 4 000 personnes. Accompagnée par trente musiciens et douze danseurs, elle change douze fois de costumes en 130 minutes. « Un spectacle éblouissant qui restera dans les mémoires, comme un modèle du genre », écrivent les critiques.

10 MAI 1981

Elle salue l’élection de son ami François Mitterrand à la présidence de la République. Le 21 mai, elle est en première ligne, au Panthéon, lors d’une cérémonie qui marque les esprits. Elle ne fait pas de politique, mais va payer au prix fort sa complicité amicale avec le chef de l’État. Certains médias tenteront même de boycotter son travail. Pour calmer les esprits, Dalida décidera d’entreprendre une grande tournée à l’étranger durant dix-huit mois.

17 JANVIER 1983

Dalida retrouve Choubra et Le Moderne, la salle de cinéma où, enfant, elle rêvait de devenir actrice. Son souhait est devenu réalité. Elle apparaît à l’écran, à l’occasion de la projection en avant-première du SIXIÈME JOUR, de Youssef Chahine. Trois millions d’Égyptiens lui font un triomphe. On la salue comme « une grande actrice, une tragédienne ».

Sorti en France le 16 novembre, ce long métrage reconnu unanimement par les critiques ne touchera qu’un public de cinéphiles.

3 MAI 1987

Trompant la vigilance de ses proches, elle met fin à ses jours. En guise d’adieu, elle laisse, sur la table de nuit de sa chambre, un simple mot : « La vie m’est insupportable. Pardonnez-moi. »

Dalida : bande annonce et vidéos

AILLEURS SUR LE WEB

Box-office Cinéma
du 7 au 13 Juin
Wonder Woman
Avant d'être Wonder Woman, elle s'appelait Diana, princesse des Amazones, entraînée pour être une guerrière impossible...
1
755 369 entrées cinéma,
755 369 cumulées
Pirates des Caraïbes : La Vengeance de Salazar
Jack Sparrow et ses compagnons se lancent dans la quête du Trident de Poséidon, sur lequel le Capitaine Teague détient...
2
371 787 entrées cinéma,
2 626 987 cumulées
Marie-Francine
Trop vieille pour son mari, de trop dans son boulot, Marie-Francine doit retourner vivre chez ses parents... à 50 ans !...
3
170 472 entrées cinéma,
540 686 cumulées
HHhH
L'ascension fulgurante de Reinhard Heydrich, militaire déchu, entraîné vers l'idéologie nazie par sa femme Lina. Bras...
4
101 379 entrées cinéma,
101 379 cumulées
L'Amant double
Chloé, une jeune femme fragile, tombe amoureuse de son psychothérapeute, Paul. Quelques mois plus tard, ils...
5
64 482 entrées cinéma,
309 210 cumulées
Bientôt au Cinéma
Transformers: The Last Knight
TRANSFORMERS : THE LAST KNIGHT fait voler en éclats les mythes au cœur de la franchise Transformers et redéfinit ce que...
le 28 Juin 2017 au Cinéma
Mon Poussin
Vincent, 18 ans, se fait larguer par Elina. C'est son premier amour et c'est la fin du monde ! Ses parents décident...
le 28 Juin 2017 au Cinéma
Grand froid
Dans une petite ville perdue au milieu de nulle part, le commerce de pompes funèbres d'Edmond Zweck bat de l'aile....
le 28 Juin 2017 au Cinéma
Cherchez la femme
Armand et Leila, étudiants à Science Po, forment un jeune couple. Ils projettent de partir à New York faire leur stage...
le 28 Juin 2017 au Cinéma
Moi, moche et méchant 3
le 5 Juillet 2017 au Cinéma
Les Hommes du feu
Philippe, 45 ans, dirige une caserne dans le Sud de la France. L'été est chaud. Les feux partent de partout, criminels...
le 5 Juillet 2017 au Cinéma
Spider-Man: Homecoming
Les nouvelles aventures de Spider-Man, l'homme araignée, accompagné dans l'univers Marvel par notamment Tony Stark...
le 12 Juillet 2017 au Cinéma
Song to Song
Une histoire d'amour moderne, sur la scène musicale d'Austin au Texas, deux couples - d'un côté Faye (Rooney Mara) et...
le 12 Juillet 2017 au Cinéma
The Circle
Les Etats-Unis, dans un futur proche. Mae est engagée chez The Circle, le groupe de nouvelles technologies et de médias...
le 12 Juillet 2017 au Cinéma
Dunkerque
Film d'action spectaculaire, DUNKIRK se déroule au cours de la fameuse évacuation des troupes alliées de Dunkerque en...
le 19 Juillet 2017 au Cinéma
Valerian et la Cité des mille planètes
Valérian et Laureline sont des agents spatio-temporels du gouvernement des territoires humains, chargés de maintenir...
le 26 Juillet 2017 au Cinéma
La Planète des Singes - Suprématie
César et les siens sont contraints de mener un combat dont ils ne veulent pas contre une armée d'humains dirigée par un...
le 2 Aout 2017 au Cinéma
La Tour sombre
Désireux de se venger du mystérieux Homme en noir, le Pistolero Roland Deschain erre dans un monde ressemblant au Far...
le 9 Aout 2017 au Cinéma
Knock
Knock, un ex-filou repenti devenu médecin diplômé, arrive dans le petit village de Saint-Maurice pour appliquer une «...
le 1er Septembre 2017 au Cinéma
Blade Runner 2049
le 4 Octobre 2017 au Cinéma
Justice League: 1ère partie
Après avoir retrouvé foi en l'humanité, Bruce Wayne, inspiré par l'altruisme de Superman, sollicite l'aide de sa...
le 15 Novembre 2017 au Cinéma
Paddington 2
Dans la suite tant attendue du film familial au succès mondial, on retrouve un Paddington heureux, bien installé dans...
le 6 Décembre 2017 au Cinéma
Star Wars : Episode VIII - Les derniers Jedi
le 15 Décembre 2017 au Cinéma

© 2004 - 2017 CinEmotions.com (1) - CinEmotions.com est une réalisation de la société Intermédiance Solutions