CinEmotions
Cinéma, Séries TV, DVD & VOD
52 737 films, séries...  736 023 personnalités
Identifiants oubliés ?
Inscrivez-vous !
rechercher
Affiche Spring Breakers - cliquez pour agrandir
2012 - Etats-Unis - 1h32
 
CinEmotions
Moyenne : 14 (2 avis)
Membres
Moyenne : 9.17 (6 avis)
 
 
Sortie France
6
MARS
2013
 
Spring Breakers © MARS DISTRIBUTION Spring Breakers © MARS DISTRIBUTION Spring Breakers © MARS DISTRIBUTION Spring Breakers © MARS DISTRIBUTION
Spring Breakers © MARS DISTRIBUTION Spring Breakers © MARS DISTRIBUTION Spring Breakers © MARS DISTRIBUTION Spring Breakers © MARS DISTRIBUTION
espace shopping
Acheter sur Amazon.fr pub 9_CDISCOUNT GENERIQUE_visuel003_234x60.gif FNACmarqueur FNAC
espace shopping

Spring Breakers : Synopsis


Pour financer leur Spring Break, quatre filles aussi fauchées que sexy décident de braquer un fast-food. Et ce n'est que le début... Lors d'une fête dans une chambre de motel, la soirée dérape et les filles sont embarquées par la police. En bikini et avec une gueule de bois d'enfer, elles se retrouvent devant le juge, mais contre toute attente leur caution est payée par Alien, un malfrat local qui les prend sous son aile...

Spring Breakers : bande annonce et vidéos

Spring Breakers : Réalisation

Réalisateur, scénariste, écrivain et acteur, Harmony Korine s’est imposé comme une figure brillante et originale du cinéma, de la musique et de l’art contemporains.... ...suite

Spring Breakers : Critiques et avis

notreavis  Les avis de l'équipe

Comme un vinyle etoiles
Avis proposée par Camille Moreau le 09/03/2013 18:54
Commençons par un petit rappel qui expliquera le pourquoi du comment d'un tel film et l'engouement critique qui l'entoure. Tout d'abord c'est le nouveau film d'Harmony Korine, réalisateur américain indépendant qui a marqué toute une génération avec un gamin qui mange des spaghettis dans sa baignoire (c'est « Gummo »), et qui a, par la même occasion, écrit les meilleurs films de Larry Clark (« Kids » et « Ken Park »). Une pointe du teenage-white-trash américain qui dernièrement se grimait d'un masque de vieillard pour s'astiquer contre des poubelles (c'est « Trash Humpers »). Si ce dernier n'a même pas été distribué en France, cela explique en partie la révolution de « Spring Breakers » qui marque le grand retour de l'enfant terrible : un film sur les écrans de tous les cinémas (de la salle art et essai aux UGC, Kinepolis et autres). Mais ce n'est pas tout.

Un parfum de scandale accueille le film, parce que Korine a transformé les égéries de Disney-Channel en petites pouffiasses matérialistes, elles sont devenues les Spring-Break Bitches et le huent à tue-tête. Ainsi, la sublime Vanessa Hudgens, connue jusque-là dans les « High School Musical », s'ennuie en cours et dessine une verge qu'elle mime de sucer. Tout cela fait bien rire sa copine Ashley Benson, connue elle dans la série « Pretty Little Liars », qui n'en demande pas moins. Troisième Spring-Break Bitch : Rachel Korine, la femme du réalisateur donc, qui amène, par son statut, un degré d'intimité et d'empathie au groupe de jeunes filles. La dernière, Selena Gomez, ex-petite amie de Justin Bieber, la plus enfant des quatre, semble jouer son propre rôle : petite chrétienne avec une envie irrésistible de céder à la tentation, mais dont les remords la feront rentrer au plus vite chez papa-maman. Voilà qui chamboule l'imagerie de la jeunesse prude américaine. Mais qu'en est-il du film ?

Spring Breakers est une bombe. Une bombe de couleurs qui graphe la toile de l'écran en rose, vert et violet. Une couche fluorescente qui asperge ce groupe d'adolescentes en furie, des bikinis au chambres d'hôtel, la seule et unique couche qui nous empêche de les voir totalement nues, autrement dit l'ultime papier-cadeau. Une bombe encore, par son utilisation de la musique, qui surplombe le film du début à la fin, dans une esthétique de clip, et qui paraît comme un sifflement continu qui nous rend totalement hébétés, enivrés, c'est-à-dire qui participe à une élévation permanente du spectateur et qui l'ouvre à l'onirisme d'une poésie déchue. Une véritable bombe enfin, comme une déflagration qui brûlerait tout sur son passage, faisant table rase du passé, de tous les teenage-movie que l'on a pu voir jusque-là. Oubliez Sofia Coppola, Gus Van Sant et même Larry Clark. « Spring Breakers » ne ressemble à rien ni personne.

Jusque-là, faire un film pop c'était par exemple « Drive », un revival fluorescent des années 70, avec une bonne musique électronique berçant une histoire d'amour impossible et quelques plans offrant l'idée d'une liberté totale. Dans « Spring Breakers » il n'y a pas une, deux ou trois chansons qui tournent en boucle aux moments opportuns, c'est un véritable set de DJ qui commence au début pour ne se terminer qu'à la fin. Une histoire d'amour ? Encore moins. Quand à l'idée d'une liberté totale (véritable rêve de ces fameux spring-breaks où les étudiantes américaines se lâchent), elle est ici associée à celle d'un clic qui mettrait la réalité sur pause. Nous touchons ici un point important, à savoir que si « Spring Breakers » est si bon, c'est peut-être qu'il est le seul et véritable flambeau de l'adolescence d'aujourd'hui, de 2013. Il est terriblement actuel, progressiste, il livre son étude générationnelle dans l'image ivre d'une civilisation décadente.

Flambeau pop donc, par sa musique et ses couleurs, et même hip-hop, tant l'esprit bling-bling englobe le film. L'imaginaire gangsta, et ses clips exhibant culs, drogues et fric, influence cette jeunesse dont les filles sont désormais fières d'être de vraies « bitches » (salopes), avant de prendre elles-mêmes le pouvoir et d'agenouiller un « real thug » (un vrai gangsta) en l'obligeant à sucer le canon de son flingue. Plus que dans ses thèmes et son esthétique, c'est dans sa construction même que le film est hip-hop, il est musical. « Spring Breakers » serait un hymne, une chanson plutôt qu'un film, avec ses couplets et son refrain. Le refrain c'est cette image au ralenti du Spring-break californien qui ouvre le film, où les seins s'exhibent et les liquides s'ondulent, et qui se répétera, se parsèmera tout le long du film. C'est aussi cette rengaine qui ne semble pas vouloir quitter notre groupe de filles, le fameux « Spring Break for ever! ». On a pu remarquer que ce film avance en décalage, qu'il est toujours désynchronisé, chaque scène est une émotion qui se redit et se répète alors que les images balancent entre l'avant et l'après, comme si elles n'étaient jamais au présent. Ce qui renforce le caractère onirique mais surtout rappelle les samples et les scratchs, des techniques de DJ. Les dialogues n'en sont pas vraiment, les phrases sont des redites, comme des punch-lines qui s'imprimeraient sur l'image. Définitivement, « Spring Breakers » n'a pas l'air d'être un film, mais bien un vinyle maltraité que l'on sample et qui saute constamment.

Tout comme il divague entre images et son, entre rêve et réalité, « Spring Breakers » est une fiction sur le fil du documentaire. Korine a capté de réelles images du Spring-Break californien, c'est ce refrain qui ouvre le film et qui le ponctue jusqu'à la fin, ces scènes de foule déshabillée où les filles gigotent leurs formes et se font pisser (de l'alcool) dessus. Fiction et documentaire s'entremêlent et le film, dans son récit, est clairement scindé en deux parties. Nous avons tout d'abord la présentation du groupe de filles, chez elles et à l'école, lassées, rêvant du spring-break, leur préparation en quelque sorte, où elles braquent un restaurant pour se faire de l'argent facile. Puis, une fois arrivées, le film prend un virage, il change de ton et nous surprend. Embarquées par la police, les voici qui font un peu moins les malines. Mais une bonne étoile veille sur elles, et le samaritain qui les sort de là s'appelle Alien (James Franco). Dès lors, nous ne savons plus ce qu'il va se passer. Tout cela va mal finir, on le sent. Vont-elles se faire tuer ? Vont-elles le tuer ? Réponse : aucune des deux. Le film nous amène plus loin que ce que l'on pouvait croire. Les deux parties se font échos, comme ces paroles qui se répètent et ces balles qui fusaient dès le début, dès l'histoire du pistolet à eau.

Pour conclure, disons que ce film est tout bonnement magnifique. Sensitif, hypnotisant, il porte un regard critique et pourtant d'une extrême candeur, ce qui l'empêche d'être moraliste. La preuve avec cette scène où Alien commence à chanter « Everytime » de Britney Spears pour révéler sa sensibilité aux droogies qui reprennent la chanson en cœur avant de tirer des rafales de balles en l'air dans la nuit qui enveloppe l'océan californien. Nous en sommes là, une époque où Britney Spears est devenue l'icône évanescente d'une jeunesse qui n'a pas réussi à passer l'âge adulte. Alien comme les filles sont de grands enfants, elles regardent des dessins-animés à la télé tandis qu'il leur présente les jouets de sa chambre rempli d'un air de fierté. Les filles chantaient déjà « Baby one more time » avant de partir au spring-break... Voir un rappeur, un « thug », chanter cette chanson que l'on peut qualifier de ringarde, de tout son cœur, avec ces adolescentes d'une immaturité folle, est peut-être le véritable tour de force du film. Combien en rentrant chez eux sont allés sur Youtube pour écouter la chanson ? Associer ainsi le niais et le sublime, le gangster et les adolescentes, amène une candeur à la désillusion de cette histoire, un attendrissement à l'égard de ces personnages que l'on croyait jusque-là assez vides. Une des plus belles scènes de l'année, une prouesse qui amène le récit dans un final délirant et survolté. Abasourdi l'on sort de la salle et le film finit par nous hanter les jours d'après. Tous en cœur : Spring-break for ever !

Camille Moreau.



Spring Breakers : les comédiens

James Franco
James Franco
Selena Gomez
Selena Gomez
Vanessa Hudgens
Vanessa Hudgens
James Franco
James Franco est Harry Osborn dans Spider-Man et Spider-Man 2 , tous deux réalisés par Sam Raimi. Il retrouvera son personnage dans Spider-Man 3, toujours sous la direction de Raimi. Il a joué dernièrement dans The Dead Girl de Karen Moncrieff et sera prochainement à l’affiche de The Pineapple Express de David Gordon Green, face à Seth Rogen. ...suite
Vanessa Hudgens
Vanessa Hudgens est une jeune actrice prometteuse et elle est aussi une chanteuse de talent. On la retrouvera dans le film de Todd Graff Rock on, qui sortira début 2009. ...suite

Spring Breakers : Distribution complète

Réalisation
Interprétation
Ecriture
Production
Montage
Photographie
Musique
Costumes
Décors
Casting
Maquillage/coiffure
Direction artistique
Chef décoration
Assistant réalisation
Son
Effets spéciaux
Direction de production

Spring Breakers : Titres internationaux

Spring Breakers  (France)

Spring Breakers : Distributeur France

Spring Breakers : Sociétés de production

Muse Productions
O' Salvation
Division Films
Iconoclast
Radar Pictures

AILLEURS SUR LE WEB

Box-office Cinéma
du 14 au 20 Juin
La Momie
Bien qu'elle ait été consciencieusement enterrée dans un tombeau au fin fond d'un insondable désert, une princesse de...
1
474 305 entrées cinéma,
474 305 cumulées
Wonder Woman
Avant d'être Wonder Woman, elle s'appelait Diana, princesse des Amazones, entraînée pour être une guerrière impossible...
2
381 190 entrées cinéma,
1 136 559 cumulées
Pirates des Caraïbes : La Vengeance de Salazar
Jack Sparrow et ses compagnons se lancent dans la quête du Trident de Poséidon, sur lequel le Capitaine Teague détient...
3
213 101 entrées cinéma,
2 840 088 cumulées
Ce qui nous lie
Jean (Pio Marmaï) a quitté sa famille et sa Bourgogne natale il y a dix ans pour faire le tour du monde. En apprenant...
4
189 571 entrées cinéma,
189 571 cumulées
Marie-Francine
Trop vieille pour son mari, de trop dans son boulot, Marie-Francine doit retourner vivre chez ses parents... à 50 ans !...
5
107 885 entrées cinéma,
648 571 cumulées
Bientôt au Cinéma
Moi, moche et méchant 3
le 5 Juillet 2017 au Cinéma
Les Hommes du feu
Philippe, 45 ans, dirige une caserne dans le Sud de la France. L'été est chaud. Les feux partent de partout, criminels...
le 5 Juillet 2017 au Cinéma
Loue-moi !
Léa, 27 ans, n'est pas la brillante avocate qu'imaginent ses parents. En réalité, avec Bertille sa meilleure amie et...
le 5 Juillet 2017 au Cinéma
Le Dernier Vice-Roi des Indes
Mars 1947. Après 300 ans de domination anglaise, le Palais du Vice-Roi à Delhi ouvre ses portes une dernière fois pour...
le 5 Juillet 2017 au Cinéma
Embrasse-moi !
Océanerosemarie déborde de vie, d'amis et surtout d'ex-petites amies. Mais elle vient de rencontrer Cécile, la...
le 5 Juillet 2017 au Cinéma
Spider-Man: Homecoming
Après ses spectaculaires débuts dans CAPTAIN AMERICA : CIVIL WAR, le jeune Peter Parker (Tom Holland) découvre peu à...
le 12 Juillet 2017 au Cinéma
Song to Song
Une histoire d'amour moderne, sur la scène musicale d'Austin au Texas, deux couples - d'un côté Faye (Rooney Mara) et...
le 12 Juillet 2017 au Cinéma
The Circle
Les Etats-Unis, dans un futur proche. Mae est engagée chez The Circle, le groupe de nouvelles technologies et de médias...
le 12 Juillet 2017 au Cinéma
On the Milky Road
Sous le feu des balles, Kosta, un laitier, traverse la ligne de front chaque jour au péril de sa vie pour livrer ses...
le 12 Juillet 2017 au Cinéma
Mission Pays Basque
Sibylle, jeune parisienne aux dents longues, entend briller dans ses nouvelles fonctions professionnelles en rachetant...
le 12 Juillet 2017 au Cinéma
Dunkerque
Film d'action spectaculaire, DUNKIRK se déroule au cours de la fameuse évacuation des troupes alliées de Dunkerque en...
le 19 Juillet 2017 au Cinéma
Sales gosses
Cet été, Alex se retrouve moniteur d'une "colo" très particulière. Car ici point d'enfants ni de têtes blondes......
le 19 Juillet 2017 au Cinéma
La Colle
Benjamin hérite injustement de deux heures de colle un samedi. Il réalise une fois sur place que Leila, la fille dont...
le 19 Juillet 2017 au Cinéma
Valerian et la Cité des mille planètes
Valérian et Laureline sont des agents spatio-temporels du gouvernement des territoires humains, chargés de maintenir...
le 26 Juillet 2017 au Cinéma
Buena Vista Social Club: Adios
Les musiciens du Buena Vista Social Club ont fait découvrir au monde entier la vitalité de la culture cubaine grâce à...
le 26 Juillet 2017 au Cinéma
La Planète des Singes - Suprématie
César et les siens sont contraints de mener un combat dont ils ne veulent pas contre une armée d'humains dirigée par un...
le 2 Aout 2017 au Cinéma
La Tour sombre
Désireux de se venger du mystérieux Homme en noir, le Pistolero Roland Deschain erre dans un monde ressemblant au Far...
le 9 Aout 2017 au Cinéma
Bigfoot Junior
Adam, un adolescent rêveur et solitaire, doté de pouvoirs surnaturels, décide de partir à la recherche de son père,...
le 16 Aout 2017 au Cinéma

© 2004 - 2017 CinEmotions.com (1) - CinEmotions.com est une réalisation de la société Intermédiance Solutions